Manifeste pour les montagnes d’aragon

Nous signons ce Manifeste, groupes, entités juridiques et personnes individuelles, unis par les liens solides qui nous attachent aux montagnes d’Aragon –patrimoine de notre identité collective ainsi qu’une valeur économique pour les montagnards.

Nous signons, préoccupés que nous sommes de la manière dont le développement du ski a été proposé en Aragon. Nous ne saurions nier les effets positifs de l’ “industrie blanche” en tant que moteur de l’économie des vallées de montagne; nous ne pouvons pas portant fermer nos yeux devant une réalité de constante dégradation de l’environnement des stations de ski. Des rivières ont été tubées dès leur source; des montagnes entières ont été dinamitées; d’énormes défrichements ont été provoqués en ouvrant de nouvelles pistes, routes et parkings: des dommages signifiant une perte irréparable du Patrimoine.

Nous savons que, dans certaines occasions, les démarches légales préceptives n’ont pas été respectées, empêchant le contrôle publique d’actuations pouvant hypothéquer led développement du Réseau de Sites Naturels protégés en Aragon.

Nous affirmons qu’en Aragon on n’a jamais entrepris des rapports bénefice-coût démontrant que le ski est forcément la meilleure option de développement; dans le même sens, on n’a jamais étudié en profondeur l’impacte social dérivé d’une aussi rapide transformation de l’environnement physique et économique. Nous sommes persuadés que les mêmes sommes investies en d’autres domaines auraient donné d’intéressantes plus-values, avec la valeur ajoutée du bénéfice des secteurs plus larges de la population.

Nous défendons le développement durable face à une économie spéculative pouvant, à long terme, échouer. Les perspectives de réchauffement global mettent en danger plus que jamais le soi-disant “mono-culture du ski”, en générant un modèle économique très vulnérable et dépendant de l’extérieur.

Nous considérons que le Gouvernement d’Aragon doit intervenir pour régler une activité telle que le ski, tout en sauvegardant l’intérêt général. Nous assistons, cependant, à la naissance d’une entreprise baptisée Aramón, ayant des intérêts aux stations de ski de Formigal, Panticosa, Cerler, Javalambre et Valdelinares, et participée à 50% par le Gouvernement régional et Ibercaja –la caisse d’épargne la plus importante d’Aragon. Nous savons que cette entreprise envisage l’élargissement de ces stations ainsi que la création d’autres encore, favorisant par ailleurs la construction massive de logements.

Face à cet état des choses, nous tenons à proposer un ample dialogue social, serein et calme, qui permettrait de déterminer en profondeur l’impacte réel du ski jusqu’à présent, ainsi que les prévisions pour l’avenir et ses possibles alternatives –sans négliger le changement climatique. Il faut, pour cela, des rapports indépendants qui n’ont pas été présentés.

Pendant ce temps, et étant donné l’irréversibilité des oeuvres prévues, nous proposons formellement la moratoire des plans d’élargissement envisagés à Espelunziecha (Formigal), Castanesa (Cerler), Valdelinares et Javalambre. Nous suggérons que les fonds publiques diponibles soient destinés à l’amélioration et à l’adéquation de l’environnement des instalations déjà existantes. Notre proposition a été puisée dans les rapports présentés dans les pays ayant une plus grande tradition du ski, où un modèle non expansioniste a déjà été posé –modèle en tout l’opposé de ce qui a été favorisé en Aragon.

Nous soutenons que seulement dans le cadre du dialogue et dans le stricte respect des lois il est possible de construire une alternative, entre nous tous, nous permettant de continuer de bénéficier de l’immense patrimoine naturel apporté par nos montagnes –des Pyrénées aux Monts Ibériques de Teruel.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.